Pourquoi AUX 2 TABLES? parce que l'homme ne vit pas que de pain....

Qui êtes-vous ?

Ma photo

 Bienvenue sur mon blog "AUX 2 TABLES", où nourritures terrestres et nourritures célestes se côtoient. Sentez-vous libre de grignoter, goûter, déguster l'une ou l'autre selon votre appétit...

lundi 29 juin 2015

Gâteau abricot-pistache.




Fruit de l'été par excellence l'abricot arrive dans nos paniers pour notre plus grande gourmandise joie! 
Il est tout en rondeur, avec une peau délicate, veloutée, colorée d'orange et de rouge. Un véritable soleil en miniature.
Quand il est cueilli à maturité ce fruit est délicieusement juteux et à vraiment bonne mine! 

Connu des chinois depuis 4000 ans, il ne sera introduit en France qu'au XVe siècle. Il faudra attendre sa culture dans les jardins de Versailles sous Louis XIV pour que ce fruit connaisse enfin un grand succès bien mérité! 


Recette trouvée ICI, je vous la transmets en langue Momo et quelques arrangements perso.


Les ingrédients (pour un moule rond de 24 cm de diamètre)

100 g de farine tamisée
70 g de beurre fondu
70 g de sucre en poudre
50 g de poudre d'amande
3 œufs (les jaunes séparés des blancs)
1/2 paquet de levure chimique
1 c à c de vanille liquide maison
2 c à s d'Amaretto
10 abricots environ
1 belle poignée de pistaches non salées, hachées
du sucre en grain ( facultatif)
 
Avec Thermomix:

Préchauffer le four à 180°

Mettre les blancs d’œufs dans le bol avec le fouet et mélanger  3mn/Vit3,5 (augmenter la vitesse petit à petit jusqu’à 3,5) sans le gobelet. Réserver dans un saladier en raclant bien les parois du bol.
(Inutile de rincer et sécher le bol.)

Mettre la farine, la poudre d’amande, la levure, le sucre*, les jaunes d’œufs, la vanille, l’Amaretto, le beurre fondu (ou l’huile).
*La dernière fois j’ai oublié le sucre (oups!) et c’était très bon aussi Clignement d'œil!

Mélanger 2mn/Vit4.


Mettre le fouet sur les couteaux, programmer Vit2 sans limite de temps. Faire tomber petit à petit les blancs en neige sur le fouet par l’ouverture du couvercle, jusqu’au temps que la préparation soit bien homogène. Si besoin augmenter un peu la vitesse les dernières secondes.

Verser la pâte dans un moule beurré et fariné (si pas en silicone).

Parsemer la pâte d'abricots dénoyautés, coupés en 2 ou 4 selon leur taille.

Saupoudrer les fruits de pistaches hachées et de sucre en grain.

Faire cuire entre 25 et 35 minutes (selon les fours) à 180°. Démouler le gâteau quand il est encore tiède et le laisser refroidir sur une grille.



 
Sans Thermomix:
 
Préchauffer le four à 180°
Battre les jaunes d'œufs avec le sucre dans un saladier.
Verser la farine, la poudre d'amande et la levure.
Mélanger. (La préparation est un peu sèche, c'est normal, éventuellement ajouter 1 ou 2 c à s d'eau pour détendre la pâte).
Ajouter le beurre fondu. Mélanger. Ajouter la vanille et l'Amaretto.
Battre les blancs en neige ferme. Ajouter le quart des blancs à la pâte pour l'assouplir puis incorporer  délicatement le reste des blancs battus.
Verser la pâte dans un moule beurré.
Parsemer la pâte d'abricots dénoyautés et coupés en 2 ou 4 selon leur taille. Saupoudrer les fruits de pistaches hachées et de sucre en grain.
Faire cuire entre 25 et 35 minutes (selon les fours) à 180°. Démouler le gâteau quand il est encore tiède et le laisser refroidir sur une grille.


jeudi 25 juin 2015

Confiture de framboises.



La confiture de framboises, vous l’aimez avec ou sans pépins? Pour moi ce sera sans.



Les moins de 30 ans ne connaissent peut-être pas l’ustensile  que j’utilise pour enlever les grains de framboises. Il est pourtant bien utile! 
En cherchant bien vous le trouverez très certainement dans un placard de votre maman: 
le moulin à légume. 
Il n’avait pas son pareil pour des purées très onctueuses. 
Pour la circonstance il devient moulin à fruit,  très efficace pour retirer ces petites graines qui sans lui, prendraient  un malin plaisir à se coincer entre les dents et gâcher un peu notre plaisir!

Ce concentré de saveurs peut-être réalisé au Thermomix sans problème, mais j’aime bien aussi utiliser un grand fait-tout à fond épais qui permet une bonne évaporation.

Entre 1,100 kg et 1,200 kg de framboises (pour 1 kg de jus)
600 gr de sucre semoule
4 g d’agar-agar.

Temps de cuisson 12 mn.

Préparer les pots (3-4 type Bonne-Maman) les laver, les ébouillanter ainsi que les couvercles, les faire égoutter sur un torchon propre.



Mettre les framboises dans un grand faitout. (sans les rincer surtout et  s’il reste quelques queues ce n’est pas grave). 
Démarrer une première cuisson à feu doux, puis au fur et à mesure que les fruits éclatent, augmenter la puissance du feu. Cela prendra environ 5 mn. Arrêter la cuisson. Laisser refroidir un petit moment pour ne pas s’ébouillanter à l’étape suivante.



Installer le moulin à légume sur un saladier bien stable, muni de la grille la plus fine. Verser la compoté de framboises dans le moulin et mouliner jusqu’à ce qu’il n’y ai plus que les graines sur la grille avec le moins de pulpe possible. (Cela ne m’a pas pris plus de 5mn)











Peser et verser le jus obtenu dans le faitout. (environ 1kg). Mettre le sucre et faire cuire en mélangeant avec une cuillère en bois en faisant des “8” pendant 5mn à partir de l’ébullition.


Saupoudrer finement l’agar-agar en le mélangeant avec un fouet à main pour qu’il ne fasse pas de grumeaux. Laisser cuire à petit bouillon 2 mn.

C’est prêt!

Terminer de sécher les pots et les couvercles si nécessaire avec un papier absorbant.


Remplir les pots à l’aide d’un entonnoir à confiture.

Fermer en serrant bien les couvercles. (Tenir le pot bouillant avec un torchon)
Personnellement je ne les retourne jamais, n’étant pas sûr de la réaction chimique entre la confiture bouillante et le revêtement du couvercle. (Bisphénol?) Je n’ai jamais eu de problème de conservation.

Remarque:
1- On peut aussi remplacer le sucre semoule par du fructose. dans ce cas utiliser 300 g de fructose pour 1 kg de jus. Cuire 5mn de plus.

2- La  poudre d'agar-agar peut paraître superflue pour les puristes. Mais comme je ne sucre pas beaucoup il me donne une meilleure prise. 

3- J’aime bien parfois ajouter 3 gouttes d’huile essentielle de pamplemousse en fin de cuisson: cela rehausse le parfum des framboises en leur donnant un petit peps très agréable.

vendredi 19 juin 2015

Moussaka légère.(Varoma)


Pas terrible la photo, mais qu'est-ce-que c'est bon!

Version light pour cette moussaka que je faisais plus traditionnellement auparavant  en passant les tranches d’aubergine dans de l’huile,pour les faire ensuite dorées à la poêle . Ici les tranches sont simplement cuites à la vapeur.

Pour 4/6 personnes.

250 g de bœuf haché
250 d’échine de porc haché
600/700 g d’aubergine
300 g de champignons frais
1 oignon jaune ou rouge
1 belle gousse d’ail
4 tomates allongées type Roma
1 c à c de sel
poivre, 1 feuille de laurier, herbes de Provence
1/2 à 1 c à  café de 4 épices (cannelle, muscade, clou de girofle, poivre.)
10 g d’huile d’olive
Du fromage râpé: comté, emmental.
Pour la béchamel
60 g de farine (T55 ou farine épeautre, orge mondé)
500 g de lait (animal ou végétal)
1 c à c de sel, poivre.

Préparation:
Éplucher les aubergines. Les trancher à l’aide d’une mandoline en tranches assez fines, soit en rondelles, soit dans le sens de la longueur.

Passer rapidement les champignons sous l'eau, couper légèrement la base des  pieds et les émincer. 

Mettre les aubergines et les champignons dans le Varoma avec 700 g d’eau dans le bol. Cuire  20min/Varoma/Vit1


A la sonnerie, les réserver et les laisser égoutter.

Vider et sécher le bol.

Si vos viandes ne sont pas hachées, les couper en morceaux de 5cm environ et les mettre dans le bol 10sec/Vit6. Vous obtiendrez un meilleur résultat avec une viande très froide, limite congelée. Réserver.

Mettre l’oignon coupé en deux ainsi que l'ail dans le bol: 5 sec/Vit5

Ajouter l’huile 5min/100°/Vit1

Mettre les 2 viandes hachées 5min/100°/Vit1

Ajouter les tomates coupées en morceaux, le laurier, les herbes de Provence, le sel, la pincée de 4 épices, le poivre dans le bol.
Cuire 20 mn/100°/Vit 2/Sens Inverse.


Préchauffer le four à 180°C

Montage:
Après avoir éliminé le plus d’eau possible des aubergines-champignons, disposer dans un plat à gratin, une couche de sauce à la viande, une couche d’aubergine-champignons. 
Si votre plat est assez haut et pas trop large, vous devez pouvoir faire 2 couches de chaque. Terminer par une bonne couche de béchamel et le fromage râpé.


Sauce béchamel:
Mettre tous les ingrédients dans le bol et régler 7min/90°/Vit4


Passer au four 180°C/30 min.

Idée: Si vous n'êtes que 2, faire le montage dans 2 petits plats. Vous pourrez en mettre un au congélateur.

lundi 15 juin 2015

Sainte Germaine de Pibrac.



Germaine, un prénom un peu passé de mode dirait-on. Mais la mode est un éternel recommencement. Peut-être retrouverons-nous bientôt des Germaine à l'état civil et les fonts baptismaux! Puissent-elles avoir la beauté du cœur de cette Grande petite Sainte!

C'était aussi le prénom de ma maman qui nous a quitté depuis peu. Elle l'aimait beaucoup sa sainte patronne, nous en parlait souvent. 
Belle surprise pour elle, sur le chemin du retour de son tout dernier pèlerinage à Lourdes en 2009, d'apprendre que nous allions nous arrêter à Pibrac! 

Pour elle, pour vous aujourd'hui, jour de sa fête, voici l'histoire de sa Sainte patronne.

Autel de Sainte Germaine dans la basilique qui porte son nom (Pibrac) 
             Les fleurs arrivent tous les jours, sans interruption. 


C’est la patronne des bergères, mais surtout des mal-aimés. Car elle fut cruellement mal-aimé cette fillette qui naît à Pibrac près de Toulouse en 1579. Elle est d’ailleurs plus connue sous le nom de Germaine de Pibrac que sous son vrai patronyme de Germaine Cousin.


Scrofuleuse (maladie des écrouelles), infirme d’une main, notre Germaine va perdre sa maman très jeune. Son père qui n’a qu’aversion pour elle,  se remarie. Elle est rejetée par sa marâtre qui la considère comme sa servante, la persécute et la traite moins bien que les animaux de la ferme.

Dès l'âge de neuf ans, la petite Germaine doit, par tous les temps, garder les troupeaux. A la ferme, elle se contente d'un réduit obscur sous l’escalier de la bergerie, pendant que les enfants du nouveau couple sont bien au chaud dans la ferme.
 
 




Germaine est  bonne pour les pauvres, elle donne généreusement son maigre pain à tous ceux qui la sollicitent . Un jour, sa marâtre l'accuse de voler du pain. Elle la poursuit afin de la frapper et de la confondre, malgré l'insistances de voisins qui voulaient la retenir. Quand celle-ci rattrape Germaine et lui fait ouvrir son tablier, à la place du pain qu'elle pensait y trouver, s'étale une brassée de roses fraîches, alors que la scène se passe en plein hiver. Son père est alors ébranlé, il interdit à sa femme de la frapper.





Germaine trouve  sa paix et son réconfort dans la prière. Elle ne se sépare jamais de son chapelet, et demeure dans la compagnie de la Vierge Marie : "Le Seigneur a porté son regard sur sa petite servante... Lui qui élève les humbles". Très pieuse… on la traite de bigote. A ses railleurs, elle répond par des actes de charité, partageant le peu qu'elle possède avec les plus malheureux.
 
 



Un autre jour pour se rendre à la messe, Germaine doit traverser le petit ruisseau appelé Courbet, mais celui-ci grossi par d’abondantes pluies,  est devenu un torrent fougueux. Les paysans qui la voient se demandent entre eux, d’un ton railleur comment elle va bien pouvoir faire pour traverser. Germaine risque pourtant ce dangereux passage, les eaux s’ouvrent devant la bergère et elle traverse à pieds secs à l’aller et comme au retour.
 

Pour se rendre à l’église du village, Germaine est obligée de laisser ses moutons sans surveillance alors que les loups sont nombreux dans la forêt voisine. Elle plante alors sa quenouille en terre et aussitôt les moutons viennent se ranger autour pour ne plus s’en éloigner tant que dure l’absence de leur maîtresse tandis que les loups sont de leur côté tenus à distance par une force invisible.
 







Épuisée par son mal, les privations, les duretés, le manque d’affection, elle meurt en 1601 à 22 ans, seule et sans bruit, dans son réduit sous l’escalier. Enterrée dans l’église de Pibrac, devant l’autel de Notre-Dame, on retrouve son corps intact, 40 ans après, à l’occasion de l’inhumation d’un membre de la famille Cousin.
 


L’Église a béatifié Germaine Cousin en 1854 et l’a déclarée sainte en 1867, reconnaissant qu’elle a su aimer Dieu et ceux qui vivaient auprès d’elle. Orpheline, malade, pauvre, maltraitée par ses proches, elle est la sainte de tous ceux qui souffrent et que la vie malmène d’une manière ou d’une autre.
 
 
Depuis quatre siècles, le Seigneur n’a cessé d’accorder sa grâce à ceux qui invoquent la petite bergère de Pibrac. De nombreux témoignages parviennent au sanctuaire, de grâces rendues, de guérisons.

Elle nous apprend que les anonymes, les humbles de cœur, les méprisés ont une place particulière dans le Cœur de Dieu…  C’est une invitation à changer notre regard.
 
 
Dieu a un projet pour chacun de nous. Comme Sainte Germaine, nous ne sommes pas choisis comme des héros, des êtres d’exception que nous montre la société d’aujourd’hui. C’est dans la simplicité, l’anonymat et le dépouillement qu’elle a répondu « oui » au Seigneur. À nous de trouver dans notre propre vie l’appel que Dieu nous fait. 

Bonne fête Maman!
Toutes les photos "Aux 2 Tables" ont été prises à Pibrac dans la basilique en 2009. (Tous droits réservés.)

lundi 1 juin 2015

Agneau, pommes de terre au four.


Une jolie recette méditerranéenne, trouvée sur le blog de “Un déjeuner de soleil”  Ici.

Les viandes parfumées d’herbes et d’épices, lentement mijotées au four, j’aime! J’ai juste un peu réduit le temps de cuisson. Je n’ai pas eu beaucoup de jus, les légumes s’en étaient gorgés. Le tout était d’un moelleux incomparable!

Voila la recette telle que je l'ai faite.

1 kg d'épaule d'agneau en morceaux (sans os)
1 kg de pommes de terre
2 oignons rouges
150 g de tomates séchées à l'huile d'olive
1 c à s de cumin en grains ou en poudre
2 c à s d'olives noires à la grecques dénoyautées (De Provence pour moi)
70 gr d'huile d'olive vierge extra
Beurre, origan, romarin, sel


Préchauffer le four à 180°C.


Couper les oignons en fines lamelles. 

Peler et couper les pommes de terre en morceaux assez gros. 


Mettre l'agneau, les oignons, les pommes de terre, les tomates  et les olives dans une cocotte pouvant aller au four. 

Mélanger l'huile avec les herbes,les épices et une pincée de sel. 


Verser dans la cocotte puis mélanger de manière à ce que la viande et les pommes de terre soient bien enrobées. 

Ajouter deux verres d'eau environ, parsemer de quelques noisettes de beurre puis couvrir de papier aluminium. 

Mettre au four et cuire pendant 1h30 environ en ayant soin de temps à autre d'arroser la viande avec le jus qui se forme. Elles doit devenir très tendre ainsi que les pommes de terre. 


Augmenter la température à 200°C, enlever l'aluminium et cuire encore 20 minutes environ, le temps que la sauce sèche un peu et que viande et légumes dorent un peu. (Surveiller la cuisson)


Servir chaud. Excellent réchauffé le lendemain, avec un peu d’eau.